© 2007 Musée du Louvre / Claire Tabbagh
© 2007 Musée du Louvre / Claire Tabbagh
© 2007 Musée du Louvre / Claire Tabbagh
© 2007 Musée du Louvre / Claire Tabbagh

Dinar mamelouk au nom de Baybars (r. 1260-1277)

Date de création/fabrication : 3ème quart du XIIIe siècle (1250 - 1275)
Lieu de provenance : Le Caire (Proche-Orient arabe->Égypte)

Numéro d’inventaire
Numéro principal : MAO 475/7

description

Dénomination / Titre
Dénomination : Dinar (Monnaie, médaille, plaquette, jeton->Pièce de monnaie)
Titre : Dinar mamelouk au nom de Baybars (r. 1260-1277)
Description / Décor
Inscriptions
Inscription :
[الصالحي] / السلطان الملك / الظاهر ركن الدنيا و الدين / بيبرس قسيم امير المؤمنين
Traduction : al-Malik al-Ẓāhir Rukn al-Dīn Baybars
Nature du texte : Souverain (Dédicace)
Langue : arabe
Type d'écriture : Cursive commune
Positionnement de l'inscription : Avers

Inscription :
لَا إِلَٰهَ إِلَّا اللّٰهُ / مُحَمَّدٌ رَسُولَ اللّٰهُ / أَرْسَلَهُ بِالْهُدَىٰ / وَدِينِ الْحَقِّ
Traduction : Muhammad, l'envoyé de Dieu. Il « l'a envoyé avec la Direction et la Religion vraie » (C. 9, 33)
Nature du texte : Formule pieuse (Texte religieux) ; Sourate 9 : L'immunité, al-tawba (Texte religieux->Coran)
Langue : arabe
Type d'écriture : Cursive commune
Positionnement de l'inscription : Revers

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Diamètre : 2,1 cm ; Epaisseur : 0,1 cm ; Poids : 0,006 kg
Matière et technique
Matériau : Métal
Matériau/Technique : Métal (or), décor estampé

Lieux et dates

Date de création / fabrication
3ème quart du XIIIe siècle (1250 - 1275)
Lieu de provenance
Le Caire (Proche-Orient arabe->Égypte)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
legs
Date d’acquisition
date : 1972
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Arts de l'Islam

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Expositions

- Prince en terre d'Islam, Paris (Externe, France), Palais de Tokyo, 01/01/1983 - 31/12/1984
Dernière mise à jour le 22.08.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances