Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo L. Chastel
Autre RMN
Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo L. Chastel
RMN

Homme nu, vu à mi-corps, les bras levés et les mains derrière la tête

Vers 1516/1517
Numéro d’inventaire
INV 8676, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 7929
MA 7435
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.4, p.305
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Buonarroti, Michelangelo dit Michel-Ange (1475-1564)
Ecole florentine
(P. Joannides, 1991)

Anciennes attributions :
ANONYME ITALIEN
(Morel d'Arleux (Inv. ms))
PRIMATICCIO Francesco
(Roseline Bacou et Dominique Cordellier (Inv. ms))
PRIMATICCIO Francesco, attribué à
(F. Reiset (Inv. ms))

description

Dénomination / Titre
Homme nu, vu à mi-corps, les bras levés et les mains derrière la tête
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Classée par Morel d'Arleux (Inv. ms, n° 7435) parmi les dessins de l'École italienne, puis attribuée à Primatice par Frédéric Reiset (Inv. ms), cette feuille a été reconnue comme œuvre autographe de Michel-Ange par Paul Joannides en 1991 (note ms au verso du montage ; Idem, « À propos d'une sanguine nouvellement attribuée à Michel-Ange : la connaissance des dessins de l'artiste en France au XVIe siècle », Revue du Louvre, 44, 1994, 3, p. 15-29). Il s'agit d'une étude de figure accompagnée au verso de quatre profils d'entablement qui ne trouvent pas de correspondances exactes dans les projets bâtis ou sculptés de l'artiste mais qui sont très proches des séries de corniches et moulures qu'il dessina, toujours à la sanguine, d'après le Codex Coner (Londres, Sir John Soane's Museum), vers 1516 (Ibidem, p. 15 note 2, p. 16 fig. 2). La pose du personnage évoque celles des Esclaves que Michel-Ange projetait à cette époque pour le Tombeau de Jules II, bien qu'elle ne corresponde à l'attitude d'aucune des statues connues, ni de leurs études préparatoires (exception faite pour la feuille en collection particulière attribuée par Paul Joannides à l'artiste et qui est en contrepartie, voir P. Joannides, « A new drawing by Michelangelo », Master drawings, 49, 2011, 2, p. 159-162). Parmi celles-ci, Paul Joannides en a néanmoins indiqué une, datant de 1512 environ, où apparaissent six variantes d'une figure dans une disposition voisine (Oxford, Ashmolean Museum, Parker II (1956) 297 recto ; Joannides, « À propos d'une sanguine ... », 1994, p. 16, 17 note 4, p. 18 fig. 5). Cependant, la proximité stylistique de notre dessin avec d'autres études à la sanguine exécutées vers 1516-1517 (Ibidem, p. 16-17), indique une datation légèrement plus tardive. La reprise du dessin dans un projet de Primatice pour une peinture de la Salle de Bal du château de Fontainebleau exécutée par Niccolò dell'Abate vers 1550 (Chantilly, musée Condé, inv. 140 [135] ; O. Villard, cat. exp. Dessins italiens du musée Condé à Chantilly. III, Vénétie, Lombardie, Piémont, Emilie, XVe-XVIe siècle', Chantilly, Musée Condé, Château de Chantilly, 1998-1999, p. 128-130 n° 37), explique l'ancienne attribution de la feuille au maître bolonais et donne à penser qu'elle fit partie des études qu'un élève de Michel-Ange, Antonio Mini, apporta en France en 1530 (Giorgio Vasari, 'Le vite ...', éd. R. Bettarini et P. Barocchi, 6 vol., Florence, SPES, 1966-1987, vol. VI (1987), p. 64, 113; Roger de Piles, 'Abrégé de la vie des peintres, Avec des réflexions sur leurs Ouvrages, Et un Traité du Peintre parfait ; De la connoissance des Dessins ; De l'utilité des Estampes', par M. De Piles, Paris, Chez Jacques Estienne, MDCCXV, p. 213-214). Cependant, rien n'exclut que Primatice ait pu connaître l'étude par Michel-Ange lui-même, lors de la mission à Rome qu'il effectua pour le compte de François Ier en 1540 (D. Cordellier, dans cat. exp. Primatice, maître de Fontainebleau, Paris, Musée du Louvre, 2004 - 2005, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2004, p. 137-146). Texte extrait de Laura Angelucci, dans cat. exp. Art Royal, Meisterzeichnungen aus dem Louvre, sous la direction de Xavier Salmon, Salzbourg, Salzburg Museum, 3 juin - 3 septembre 2017, n° 6 (avec bibliographie antérieure). ¿

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,13 m ; L. 0,108 m
Matière et technique
Sanguine.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Vers 1516/1517

Données historiques

Historique de l'œuvre
Hist. : Antonio Mini ? (P. Joannides, « À propos d'une sanguine nouvellement attribuée a Michel-Ange : la connaissance des dessins de l'artiste en France au XVIe siècle », Revue du Louvre, 44, 1994, 3, p. 17) - Francesco Primaticcio ? (Ibidem) - Everhard Jabach, paraphe (L. 2959), « dessin non collé ni doré », dit du « rebut » - Acquis pour le Cabinet du roi en 1671, paraphe de Claude Delamotte (L. 478), marque du Louvre (L. 1886). Montage XIXè conservé à la réserve Rubens.

Inventaire du musée Napoléon :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.5, p.949, chap. : Ecole italienne E, carton 63. (...) Num¿ro : 7435.Idem & Maîtres inconnus /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 430. D¿signation des sujets : Portion d'une figure académique, dessinée à la sanguine. Dimensions : H. 20,5 x L. 19cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&.Prix de l'estimation de l'objet : 1francs. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Signe de recollement : Vu au crayon. Cote : 1DD37
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d’acquisition
acquis pour le Cabinet du roi
Date d’acquisition
1671

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

Expositions

- Michel-Ange : Les dessins du Louvre, Paris, Musée du Louvre, 26/03/2003 - 23/06/2003
- Art royal. Meisterzeichnungen aus dem Louvre, Salzbourg, Salzburg Museum, 09/06/2017 - 03/09/2017
Dernière mise à jour le 02.07.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances