© 2018 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Raux
© 1996 Musée du Louvre /
© 2018 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Raux
© 1996 Musée du Louvre /

Génie funéraire soutenant les armoiries de Charles de La Vieuville

Date de création/fabrication : 1666
Lieu de provenance : Paris (France) (Eglise des Minimes)

Actuellement visible au Louvre
Salle 218
Aile Richelieu, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : RF 3069
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Guérin, Gilles (Paris, 1611 - Paris, 1678)
France

description

Dénomination / Titre
Titre : Génie funéraire soutenant les armoiries de Charles de La Vieuville
Type d'objet
bas-relief
Description / Décor
Elément du tombeau du duc Charles de La Vieuville et de sa femme Marie Boucier de Beaumarchais

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 0,77 m ; Largeur : 0,65 m ; Profondeur : 0,03 m
Matière et technique
marbre

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1666
Lieu de provenance
Paris (France) (Eglise des Minimes)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Tombeau élevé dans la chapelle Saint-François-de-Sales de l'église des Minimes de la place Royale à Paris (disposition primitive connue par un dessin de la collection Gaignières). Marché passé entre Marie Bouhier et le sculpteur, le 1er mars 1658. Tombeau terminé après 1663. Probablement, entré en 1791/1792 au dépôt des Petits Augustins. Musée des Monuments français, 1795-1816. Placé dans les Galeries historiques de Versailles, le 29 mars 1834. Entré au Louvre en 1894. Mais non inscrit sur l'inventaire lors de son entrée au Louvre. Inventorié pour régularisation en 1975.
Mode d’acquisition
entrée
Date d’acquisition
date d'arrivée au Musée : 1894
date de l'inscription sur l'inventaire : 1975
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Sculptures du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [SCULPT] Salle 218 - François Anguier (1604-1669) et Jacques Sarazin (1592-1660), Salle 218 - Sarazin

Index

Bibliographie

- Picard, Charles (éd.). Cojannot, Alexandre ; Louis Le Vau et les nouvelles ambitions de l'architecture française 1612-1654. Picard, 2012.,
- Gaborit, Jean-René sous la direction de. Bresc-Bautier, Geneviève ; Leroy-Jay Lemaistre, Isabelle ; Scherf, Guilhem ; Agboton Jean-Charles ; Grollemund, Hélène ; Lafabrie, Michèle ; Tupinier-Barrillon Béatrice. Sculpture française II - Renaissance et Temps Modernes, vol. 1 et 2. Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1998. , p. : 411
- Jacques Sarazin Sculpteur du Roi, 1592-1660. [Exposition, Noyon, musée du Noyonnais, 5 juin-14 août 1992]. 152 p., ,
- Beyer, Victor. La sculpture française du XVIIe siècle. Bergame, Gorle, 1977. ,
- Forest, Marie-Thérèse. Les sculptures de Gilles Guérin au couvent des Minimes à Paris. BSHAF, 1974, 121-129. ,
- Vitry, Paul. Musée national du Louvre. Catalogue des sculptures du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes. Première partie, Moyen Âge et Renaissance ; deuxième partie, Temps modernes. I, Paris, 1922. , 1328
- Michel, André. Musée national du Louvre. Catalogue sommaire des sculptures du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps Modernes. Paris, 1897. ,
- Lenoir, Alexandre. Description historique et chronologique des monumens de sculpture réunis au musée des monumens français. Paris, an VI (1798). Disponibilité : http://bibliotheque-numerique.inha.fr/idurl/1/17855. ,
- Thiéry, Luc-Vincent. Guide des amateurs et étrangers voyageurs à Paris ou Description raisonnée de cette ville de sa banlieue et de tout ce qu’elle contient de remarquable. 1787. 2 vol., ,
- Documents inediits sur l'ancienne Eglise des Minimes de la place Royal dans Bulletin de la société de l'histoire de l'art français, 1954,
- Lenoir, Alexandre. Musée des Monuments français, T. 5. 1806 (titre ne correspond pas à la date). ,
- Soulié, Eudore. Notice du Musée national de Versailles. Paris, 1880-1881. t. I, 525 p. ; t. II, 406 p. ; t. III, 623 p. ; Suppl., 133 p.. ,
Dernière mise à jour le 16.02.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances