© Musée du Louvre
© Musée du Louvre
© Musée du Louvre
© Musée du Louvre

Julie s'évanouit à la vue du manteau ensanglanté de Pompée, d’une tenture l'Histoire de Pompée

1640 / 1650 (Milieu du XVIIe siècle)
Lieu de création : Bruges (Europe->Belgique)
OAR 96 ; .D.78.3.1
Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
Œuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée par l'office des biens et intérêts privés (OBIP); en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. Consulter la base de données ministérielle Rose Valland consacrée aux œuvres dites MNR (Musées nationaux récupération).
En dépôt : Château royal et Musées de Blois, Blois
Numéro d’inventaire
Numéro principal : OAR 96
Numéro dépositaire : .D.78.3.1
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique

description

Dénomination / Titre
Titre : Julie s'évanouit à la vue du manteau ensanglanté de Pompée, d’une tenture l'Histoire de Pompée
Type d'objet
panneau
Description / Décor
Une femme, la jeune épouse de Pompée Julie, est assise à gauche; derrière elle, debouts, trois suivantes ; un guerrier s'avance vers elle, venant de la droite, et lui présente une tunique ensanglantée. Suite de l'Histoire de Pompée (OAR 94 à 98)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 340 cm ; Longueur : 317 cm
Matière et technique
Technique : tapisserie de haute lisse = haute lisse (techniques textile->tapisserie = tapisserie sur métier) (8 fils de chaine au cm)
Matériau : laine (chaines et trames ?)
Matériau : soie (trames)

Lieux et dates

Date de création / fabrication
vers 1640 - 1650
Lieu de création / fabrication / exécution
Bruges (Europe->Belgique)

Données historiques

Historique de l'œuvre
les 6 tapisseries de l’Histoire de Pompée (OAR 94-98 et 664 - anciennement identifiées comme provenant d’une tenture de l’Histoire de Scipion), auraient fait partie de la collection personnelle de Mme Renée Suzanne Dreifuss ou Dreyfuss, née Gérard, antiquaire spécialisée dans les tapisseries (cf. ADP, profits illicites, cote 118W66, document du 9 avril 1946 adressé par les douanes au comité de confiscation des profits illicites du 11e : « … 2e- à l’acheteur allemand Lohse une tapisserie (Scipion l’africain) 2.800.000. Ces divers objets provenaient de la collection personnelle de l’intéressée… »).
Fille et femme d’antiquaires (cf. AN, CNIE, cote F/12/9630), elle aurait repris le commerce de son époux après son décès en 1936 (la profession de ce dernier est sujette à caution car il est également cité comme « architecte » dans le « Rapport Collection Goering », cf. AN, F/12/9630) puis aurait vendu progressivement tous ses biens immobiliers et mobiliers entre 1940 et 1945 ainsi que son fonds de commerce (voir le dossier des profits illicites).
Elle était connue pour recevoir chez elle des officiers allemands pendant l’Occupation et travailla principalement avec les intermédiaires de Goering : Bornheim et Lohse (cf. le « Rapport Collection Goering » dans ADP, profits illicites, cote 118W66, document du receveur-contrôleur de Nogent-le-Roi daté du 16 août 1945 où se situait sa résidence de la Blévinière).
Cinq premières tapisseries, OAR 94, 96 à 98 et 664, avaient été acquises en novembre 1942 auprès d’elle par Bruno Lohse pour Goering pour la somme de 2.800.000 francs (cf. https://www.fold3.com/image/270328787, reçu du 24/11/1942 : « … Der Herr Reichsmarschall hat mich [Dr Bruno Lohse] beauftragt, folgende kunstgeganstände zu kaufen : 1). 5 Wandteppiche mit Darstellungen aus dem Leben des Scipio / Preis : ffrs 2.280.000… »).
Cette tapisserie est identifiée par sa « property card » du Central Collecting Point de Munich : « Classification : textiles ; Author : Bruxelles ; Subject : Tapestry, Story of Scipion ; Mun. V 5466 Bgad ; Measurements : W318,H337 ; Material wool and silk ; Precedent owner : France, Mme Gérard, Paris, statement Borchers ; depot possessor : Göring ; arrival condition : fair, undamaged ; identifying marks : Ta 104 D ; Description : on the left is Sophonisbe seated surrounded by servants. An hero on the right brings her the mantle of her captive husband the Numbian king Siphax. on the middle of the background landscape with obelisque. Border as 6656 ; arrivée le 27 juillet 1945 ; sortie le 3 juin 1949 vers la France » ; une photographie accompagne cette « property card ». La tapisserie OAR 96 a été enregistrée dans l'inventaire photographique des tapisseries de Goering sous le numéro « Ta 104 ». Ce document présente en face de la reproduction photographique de la tapisserie, la mention manuscrite suivante : « Ta 104 d- Brüssel, Mitte 17. Jh., Scipio-Folge d- : Sophanisbe rehält des Mantel ihres gefangenen Gemahls, des Numidenkönigs Syplase. 337x318. Einsatzstab Rosenberg Paris. Nov. 1942 ». La liste du trente-sixième convoi en provenance de Munich inventorie page 32 : « Run No 558 ; French Run No 15289 ; Mun. No 5466 ; [Berchtesgaden] 421 ; Author Brussel, ab 1600, [Tap.] ; Subject : Story of Scipio ; Presumed owner : [France unknown owner] ; History : [Acquired in France during the war]. ». Cette liste, selon la formule usuelle « Acquired », considère la tapisserie comme achetée et non comme spoliée. La « property card » de la tapisserie précise qu'elle a fait partie de la collection Goering mais ne mentionne pas de spoliation. A ce jour, l'historique privilégie l'hypothèse de la spoliation, celle-ci se fondant sur l'inventaire photographique des collections de tapisseries de Goering, inventaire considéré comme authentique. Le calepin de déballage de ce convoi à Paris précise page 45 : « 5466 Tapisserie Bruxelles Hre de Scipion (vendu) ». Les tapisseries de cette tenture proviennent, d'après l'Inventaire des collections de tapisseries de Goering, de l'ERR. Mais la fiabilité de certaines mentions de cet inventaire a été contestée sur le fondement de documents plus exacts. En novembre 1942, Hermann Goering acquiert cette tapisserie auprès de Mme Gérard à Paris, avec quatre autres tapisseries (OAR 94, OAR 97 et OAR 98 et une scène de triomphe) appartenant à la même tenture. Envoyée en Allemagne, probablement à Berlin, dès novembre 1942, elle est enregistrée dans l'inventaire des tapisseries de la collection Goering sous le numéro « Ta 104d ». Au moment de la débâcle allemande, Goering fait envoyer ses collections en train spécial à Neuhaus près de Nuremberg, les 23 février et 13 mars 1945, puis à Berchtesgaden le 13 avril 1945. C'est là que la septième US Army se saisit de l'ensemble de la collection. Un premier travail de catalogage est apparemment effectué sur place et cette oeuvre se voit attribuer le numéro « Berchtesgaden 421 ». A l'issue de la guerre, elle est envoyée au Central Collecting Point de Munich le 27 juillet 1945, et enregistrée sous le numéro 5466. La tapisserie est restituée par le Haut-Commissariat américain en Allemagne à l'Office des Biens et Intérêts Privés, délégation du ministère français des Affaires étrangères, grâce à une déclaration de Walter Borchers. Elle est rapatriée vers la France le 3 juin 1949 par le trente-sixième convoi en provenance de Münich sous le numéro 558. Cette tapisserie est inscrite sur la liste des oeuvres mises à la disposition des musées nationaux par l'OBIP. Retenue lors de la deuxième commission de choix du 17 novembre 1949, la tapisserie est prise en charge par la direction des musées de France, et confiée par celle-ci à la garde du musée du Louvre (département des Objets d'art) en 1951. Elle est inscrite dans l'inventaire Objets d'Art Récupération (OAR), établi par Hubert Landais, sous le numéro OAR 96, puis déposée au château de Compiègne le 9 juin 1950 (salle 38), avant d'être transférée au musée du Louvre le 21 mai 1966. Elle est enfin déposée au château de Blois en 1975, après avoir été doublée. (source : base POP Culture, base Rose Valland)
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
attribution par l'office des biens et intérêts privés (MNR)
Propriétaire
Musées Nationaux Récupération

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Blois (France), Château et Musées de Blois

Bibliographie

- Musées Royaux d'Art et d'Histoire, Bruxelles (dir.), Chefs-d'oeuvre de la Tapisserie brugeoise [Bruges et la Tapisserie ], cat. exp. (Bruges, Musée Gruuthuse et Musée Memling, 8 juillet - 18 octobre 1987), Bruges - Mouscron, Louis De Poortere, 1987, p. 435, fig. 58/1, p. 434, cat. 58
Dernière mise à jour le 20.08.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances