© 1996 Musée du Louvre /
© 1996 Musée du Louvre /
© 1996 Musée du Louvre /
© 1996 Musée du Louvre /
© 1996 Musée du Louvre /
© 1996 Musée du Louvre /
© 1996 Musée du Louvre /
© 1996 Musée du Louvre /

Philippe de Commynes (vers 1457 - Argenton, 1511) seigneur de Renescure, nommé chambellan et conseiller du roi, seigneur d'Argenton, par Louis XI, en août 1472, historien et chroniqueur des règnes de Louis XI et Charles VIII

Date de création/fabrication : 1500 - 1525
Lieu de provenance : église des Grands Augustins (France->Paris->église) (Chapelle de Philippe de Commynes)

Actuellement visible au Louvre
Salle 211
Aile Richelieu, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : LP 47
Autre numéro d'inventaire : N 15014
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
France

Autres attributions :
Ancienne Attribution : Mazzoni, Guido

description

Dénomination / Titre
Titre : Philippe de Commynes (vers 1457 - Argenton, 1511) seigneur de Renescure, nommé chambellan et conseiller du roi, seigneur d'Argenton, par Louis XI, en août 1472, historien et chroniqueur des règnes de Louis XI et Charles VIII
Désignation : Elément de la chapelle des Commynes (dite aussi d'Argenton) dans l'église des Grands Augustins de Paris
Type d'objet
buste
Description / Décor

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 1,12 m ; Largeur : 0,745 m ; Profondeur : 0,29 m
Matière et technique
pierre traces de polychromie

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1500 - 1525
Lieu de provenance
église des Grands Augustins (France->Paris->église) (Chapelle de Philippe de Commynes)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Eléments de la chapelle de Commynes (dite aussi d'Argenton) dans l'église des Grands-Augustins de Paris. Chapelle réalisée probablement du vivant de Philippe de Commines. La date de 1506 portée sur la représentation d'une bulle pontificale sur le pilastre RF 3133 a été considérée comme celle de l'exécution des travaux dans la chapelle, hypothèse qui n'a pu être vérifiée. Saisie révolutionnaire. Entrés au Dépôt des Petits-Augustins en 1791-1792. Musée des Monuments français, 1795-1816. Attribuées au Musée royal par décision ministérielle du 3 avril 1817 et indiquées comme ayant été remises à Bernard Lange, chef de l'atelier de marbrerie du Louvre, le 21 mai 1818. En fait, semblent être demeurées à l'Ecole des Beaux-Arts après la fermeture du musée des Monuments français. Attribué au musée de Versailles le 20 novembre 1832. Galeries historiques de Versailles en 1834. Transféré au musée du Louvre en 1850.
Mode d’acquisition
attribué au Louvre
Date d’acquisition
date de l'arrêté/décision : 03/04/1817
date d'arrivée au Musée : 21/05/1818
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Sculptures du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [SCULPT] Salle 211 - Michel Colombe (vers 1430 - vers 1512-1515) - La sculpture vers 1500 : vers la Renaissance, Salle 211 - (ex-salle de la Chapelle des Commynes)

Bibliographie

- Chancel-Bardelot, Béatrice de, sous la direction de, Le musée des Monuments français d'Alexandre Lenoir, histoire et collections, [INHA / Louvre], Paris, Institut National d'Histoire de l'Art, 2014, Disponible sur : https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00145 , https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/003135628
- Bresc-Bautier, Geneviève, « Les 'restaurations' d'Alexandre Lenoir au musée des Monuments français », dans Kairis, Pierre-Yves ; Sarrazin, Béatrice ; Trémolières, François (dir.), La restauration des peintures et des sculptures : connaissance et reconnaissance de l'oeuvre, Paris, 2012, p. 53-56, p. 57-58
- Hamon E., Une capitale flamboyante. La création monumentale à Paris autour de 1500, Picard, 2011, p. 180-181, Fig. 120
- Bresc-Bautier, Geneviève (dir.), Un combat pour la sculpture : Louis Courajod (1841-1896), historien d'art et conservateur.actes de la journée d'étude, à l'occasion du centenaire de la mort de Louis Courajod (1841-1896), Musée du Louvre, 15 janvier 1996, Paris, Ecole du Louvre, 2003, p. 20, ill. 7 p. 21
- Gaborit, Jean-René sous la direction de, Sculpture française II - Renaissance et Temps Modernes, vol. 1 et 2, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1998, p. 666
- Bresc-Bautier, Geneviève, « La sculpture funéraire de la Renaissance française au musée du Louvre : les limites de la restitution », Revue du Louvre. La revue des musées de France, 1, 1994, 97-111, p. 49 (?)
- Bresc-Bautier, Geneviève, « La sculpture funéraire de la Renaissance française au musée du Louvre : les limites de la restitution », Revue du Louvre. La revue des musées de France, 1, 1994, 97-111, p. 49
- Beaulieu, Michèle, Description raisonnée des sculptures du Musée du Louvre, t. II : Renaissance française, Paris, 1978, p. 114-116, n° 172-173
- Beaulieu, Michèle, « Note sur la chapelle funéraire de Philippe de Commines au couvent des Grands Augustins de Paris », La Revue du Louvre, 2, 1966, 65-76, p. 65-76
- Vitry, Paul, Musée national du Louvre. Catalogue des sculptures du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes. Première partie, Moyen Âge et Renaissance ; deuxième partie, Temps modernes, I, Paris, 1922, n° 482
- Michel, André, Musée national du Louvre. Catalogue sommaire des sculptures du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps Modernes, Paris, 1897, n° 126
- Barbet de Jouy, Henry, Musée national du Louvre. Description des Sculptures du Moyen-Age, de la Renaissance et des Temps modernes, Paris, 1873, n° 85-86
- Barbet de Jouy, Henry, Musée impérial du Louvre. Description des sculptures modernes, 1855, n° 85-86
- Millin, Aubin-Louis, Antiquités nationales ou Recueil de monumens pour servir à l'histoire générale et particulière de l'empire françois, tels que tombeaux, inscriptions, statues... tirés des abbayes, monastères, châteaux et autres lieux devenus domaines nationaux. Tome 3, Paris, Drouhin, 1790-1798, Disponible sur : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63784170/f74.item , p. 38-43, N°XXV, Pl.8, P. 41

Notices liées (24)

Elément d'un ensemble
Dernière mise à jour le 17.05.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances